UNE ALIMENTATION SAINE ? QU'EST-CE QUE C'EST ?




J’évoquais avec vous, il n’y a pas si longtemps en Story Instagram, le fait que je parlais très peu souvent d’alimentation sur mes différents réseaux sociaux pourtant consacrés au bien-être.

Et vous avez été très nombreux.ses à me dire que vous aimeriez me voir aborder ce sujet.

Du coup, j’ai réfléchi à la manière de vous parler de mon rapport à l’alimentation qui est un sujet qui me tient à coeur et sur lequel je fais un travail personnel depuis plusieurs mois déjà.

Qui sait, cela pourrait peut-être répondre à des questions que vous vous posez également ?

Tout aurait dû commencer en 2015, suite à mon cancer du sein, qui a été le déclencheur de mon envie de vivre mieux.

Pour cela, celles d’entre vous qui me suivent depuis un moment le savent, j’ai mis en place plusieurs pistes : développement personnel, méditation, yoga, Pilates et bien sûr aromathérapie.

Mais curieusement, en dehors d’une réduction drastique des produits laitiers issus de la vache, décidée suite à une conférence sur la diététique post-cancer, j’ai enclenché peu de changements, à ce moment là, au niveau alimentaire.

C’est en 2019, lors de notre séjour en Nouvelle-Zélande où nous avons rejoint ma fille Mariane, que mon intérêt pour l’alimentation s’est réveillé.

Mariane et son ami Paul avaient adapté depuis plusieurs semaines un régime « presque végétarien » et cela a donné lieu entre nous à de nombreuses discussions, partages d’informations et débats très intéressants.

Je me suis alors demandée comment j’avais pu si peu approfondir un sujet qui m’apparaissait pourtant comme une évidence :

le premier facteur de notre bien-être n’ est ‘il pas finalement notre alimentation ?

Et pour vivre bien, il est important d’avoir une alimentation saine.

Mais qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ?

Je me suis donc penchée sur le sujet avec application et curiosité pour apprendre, lire, découvrir ce qu’il se disait ou s’écrivait sur ce thème.

Je peux vous dire qu’internet croule sous les articles, vidéos, blogs, sites qui parlent d’alimentation qui ne font pas consensus. Sortir une vision claire de ces centaines d’informations demande un certain temps.

Et puis je pars aussi toujours du principe qu’il faut se laisser guider par son intuition pour se faire sa propre opinion.

Voici donc ma version de ce qu’est une ALIMENTATION SAINE.

Je la définis en 6 points.


1 - Une alimentation bénéfique pour ma santé


Dans un premier temps, c’est une alimentation qui est bénéfique pour ma santé.

C’est son rôle principal : me maintenir en forme en m’apportant chaque jour les apports nécessaires au bon fonctionnement de mon corps.

Pour cela il est indispensable de bien regarder et se renseigner sur ce que nous mettons dans nos assiettes.

Le but n’est pas de dégrader notre santé en ingurgitant des produits qui sont potentiellement à risque.



Je préfère favoriser, autant que je le peux, le naturel à l’industriel. Je suis sélective et exigeante avec la qualité de mes produits. Je me renseigne sur la présence possible de pesticides, de perturbateurs endocriniens, d’hormones ou de conservateurs.

J’essaie d’équilibrer mes assiettes en me basant sur une nourriture plus végétale qu’animale.

Vous l’aurez compris, si vous pouvez cuisiner vous-même, vous maitriserez précisément ce que vous mangez et cela vous permettra d’éviter au mieux les conservateurs, les graisses, les sucres que l’on trouve en quantité astronomique dans les plats industriels.

2 - Un relation saine avec la nourriture

Un autre point qui me parait important est la relation que nous entretenons avec notre alimentation.

Nous avons très souvent, surtout en tant que femmes, un rapport particulier à notre corps.

L’obsession du corps parfait nous amène parfois à un rapport ambigu avec la nourriture.

Pour d’autres, elle sera un refuge émotionnel pour apaiser des émotions ou des sensations négatives.

Je pense que notre bien-être passe par la réussite d’une relation saine et décomplexée à notre alimentation.

Pas de frustration, pas de privation mais pas d’addiction non plus.

Il est important de se connaitre et de connaitre l’alimentation qui nous convient.

Manger sain ne doit pas être une obsession.

Il faut éviter de tomber dans le piège de l’orthorexie qui se caractérise par la volonté obsessionnelle d'ingérer une nourriture saine et le rejet systématique des aliments perçus comme malsains.

Il faut savoir s’accorder des plaisirs et accepter de ne pas être sain en permanence.

Notre alimentation ne peut pas diriger notre vie, nos relations sociales, nos déplacements, nos voyages. Il faut garder de la flexibilité.

Alors la soirée pizza chez les potes samedi soir, c’est ok. Il n’y a pas à culpabiliser.

Comme je le dis souvent tout est question d’équilibre et d’harmonie.

Une alimentation saine c’est aussi une relation saine à la nourriture. On la reçoit comme une alliée de notre bien-être qui nous permet d’être en forme et de faire le plein d' énergie .

3 - Une alimentation diététique


Elle est, selon moi, indissociable d’une alimentation saine. Celle-ci étant forcément une alimentation qui correspond aux besoins de notre corps, elle doit être équilibrée et en adéquation avec notre métabolisme.

Notre corps est, en quelque sorte, le véhicule de notre santé. Il mérite donc d’être chouchouté, autant à travers l’écoute des signes qu’il nous envoie pour nous alerter d’un dysfonctionnement, que par la façon dont nous nourrissons les milliards de cellules qui le constituent.

Le but n’étant pas ici de vous faire un cours sur la diététique, je vous invite à lire l’excellent article d’Anthony Berthoux sur la manière dont la nutrition influence notre métabolisme.


4 - Alimentation personnalisée


Ce choix, je le fais également également pour ma santé.

Ecoutez votre corps, vos besoins, vos allergies, vos intolérances.

Mon corps a des besoins particuliers qui correspondent à mon poids, mon âge, l’énergie que je dépense mais aussi mon état de santé général.

Mes antécédents médicaux interviennent dans mon choix d’alimentation. Je ne veux pas « nourrir » ma maladie, ni faire un petit cocon douillet au cancer en lui fournissant ce dont il a besoin pour se developper tranquillement.

Je peux, avec mes choix alimentaires, avoir une influence sur ma santé.


C’est vous qui savez ce qui est bon pour vous.

Très souvent un aliment que vous rejetez naturellement est un aliment qui ne vous convient pas.

6 - Une alimentation saine pour moi mais aussi pour ma planète.

Je tiens tout de suite à préciser que je respecte les choix alimentaires de chacun, que vous soyez vegan ou carnivore.

Je partage simplement ici mes réflexions concernant ma vision d’une alimentation saine. Ce sont des idées et des choix qui n’engagent que moi bien entendu.


Voila de nombreuses années que je suis "à tendance flexitarienne" et le confinement est tombé à pic pour passer à l’étape suivante et devenir végétarienne.

Pour rappel et parce qu’on ne sait pas toujours ce qui se cache exactement derrière chacun de ces termes, voici une rapide explication.

Fléxitarien : personne adoptant un mode alimentaire visant à consommer moins de viande rouge et de poisson, sans pour autant y renoncer totalement. Le régime flexitarien a une forte composante écologique. Il prône une alimentation de qualité et respectueuse de l’environnement : ne pas consommer de chair animale (poissons, viande, etc)

Végétarien : personne excluant de son alimentation la consommation de chair animale.

Végétalien : personne qui ne consomme aucun produit issu de l’exploitation animale. Cela concerne donc la chair animale, mais également le lait, le miel ou les oeufs.

Vegan : étend son idée au-delà d’un régime alimentaire. L’un va rarement sans l’autre et l’emprunt à l’anglais signifie souvent « végétalien » dans la tête de celui qui l’emploie dans la francophonie. Il y a pourtant une subtilité : le vegan est engagé dans la protection animale et les défend dans tous les domaines.

Pas question donc de porter du cuir ou de la laine, de la soie, ni même d’utiliser des cosmétiques contenant des dérivés animaux, ou des produits ménagers testés sur eux. Il faut alors traquer la gélatine, la lanoline, et ainsi de suite.



Je vous disais, en introduction de cet article, que mon interêt pour l’alimentation et l’impact de celle-ci sur ma santé, mais également et plus globalement sur nos modes de vie, l’écologie et nos choix pour l’avenir, datait de mon voyage en Nouvelle-Zélande en février 2019.

Avoir une alimentation saine est pour moi un vrai choix engagé vis à vis de notre planète.

Plusieurs documentaires et de nombreuses lectures m’ont permis d’ouvrir les yeux sur l’impact de l’alimentation animale dans la crise écologique que nous subissons aujourd’hui. (vous trouverez les liens en fin d’articles).

Je ne pouvais plus participer en cela en conscience.

Au delà d’évincer la viande de mon assiette, manger plus local, de saison et faire mes courses dans des filières courtes est également une contribution au respect de notre planète.

Réfléchir à l’empreinte carbone et tenter de comprendre comment tel aliment arrive dans ma cuisine me permet d’être plus en accord avec mes valeurs écologique et humaine.



Début mars, j’ai juste décidé d’arrêter de manger de la viande.

Je n’ai pas décidé de devenir végétarienne, mais juste de faire ma part de petit colibri dans le respect de notre planète en ayant une action qui me coûtait finalement assez peu en effort, qui était simple à mettre en place et qui symboliquement était suffisamment importante à mes yeux pour avoir une réelle signification.

J’ai la chance d’avoir Mariane à la maison en ce moment qui m’aide dans cette démarche en cuisinant souvent et en encourageant ce changement.

Et j’ai également mon chéri qui m’accompagne et vit plutôt bien cette évolution en appréciant le fait de me voir cuisiner de nouvelle saveurs. Bien qu’appréciant une bonne viande de temps en temps, il ne « subit » pas ce changement d’alimentation.

Sa bienveillance est un soutien agréable et important.

Je ne sais pas encore si cette évolution alimentaire, rendue facile par le confinement, où les sorties resto et invitations à diner sont inexistantes, sera facile à tenir lorsque nous reviendrons à une situation normale.

J’espère que j’aurais pris suffisamment l’habitude de me passer de viande pour que cela ne soit pas une contrainte alors.

6 - Etre inventif au niveau de l’assiette


Apprendre à utiliser et cuisiner de nouveaux ingrédients fait aussi parti des plaisir d’une alimentation saine. Il faut parfois mettre de côté les habitudes alimentaires qui sont ancrées depuis bien longtemps.

Je n’ai jamais eu envie de remplacer la viande par les substituts proposés par la grande distribution et certains magasins pourtant bio.. Je trouve qu’il y a une incohérence à faire cela.

Le marketing qui se développe autour de la mode de l’alimentation végétarienne/vegan me parait très dangereux et voir les grands industriels tenter de s’approprier une alimentation qu’ils ont eux même décimée me dérange beaucoup.

Le but n’est pas de voir la chimie et les produits "cracra" envahir l’alimentation végétarienne mais bien de rester le plus prêt possible du naturel, du bio, du local et des marchés courts.

Je préfère cuisiner différemment et découvrir de nouveaux aliments, de nouvelles recettes.

Mon approche de la nourriture se fait plus en conscience de ce qu’elle m’apporte pour mon bien-être et ma santé.


Du coup je m’éclate avec les épices, les herbes mais aussi les légumineuses, les graines, …

Mes assiettes sont bien plus variées et colorées qu’avant

Nous ne vivons pas dans une société végétarienne loin de là.

J’ai bien conscience que faire le choix du végétarisme implique qu’il va falloir vérifier les compositions de ce que je mets dans mon assiette (mais également ce qui y est mis si je mange au restaurant)

Il va falloir faire preuve d’astuce, parfois de patience, souvent de résilience et surement d’adaptation.

Concernant l’étiquette que l’on attribue (de moins en moins heureusement) aux personnes ayant fait ce choix d’alimentation et le regard que les autres peuvent porter sur ce choix, je ne m’en préoccupe pas.

Je trouve cela intéressant de parler d’alimentation, des choix de régimes que nous faisons, du plaisir que la nourriture nous procure, du peu d’information que nous avons sur l’influence de cette dernière sur notre santé.

Il ne faut pas faire ce choix par mode ou pour atteindre une image que l’on veut donner (ou se donner)

En Autriche, les élèves du secondaire ont des cours de diététique pour apprendre à mieux manger et la malbouffe est bien moins plébiscitée.

Ne devrait ‘on pas faire de l’alimentation une matière obligatoire à l’école ?

Mais ne soyons pas dans le jugement et les idées-reçues.

Dans l’aromathérapie, j’ai déjà vécu des situations où des ayatollahs des HE qui savent tout mieux que tout le monde, viennent donner des leçons d’utilisations, de précautions d’usage,... il peut en être de même dans l’alimentation lorsque vous dites que vous avez fait le choix du végétarisme.

J’ai fait le choix de ne plus manger de viande mais comme toute personne humaine, je fais de mon mieux. Je ne suis pas parfaite.

Et ce n’est pas non plus parce que j’ai fait ce choix que tous ceux qui en font un différent sont de moins bonnes personnes que moi, ou des individus égoïstes sans conscience écologique.

Si vous décidez de changer vos habitudes alimentaires, faites le de la manière qui vous convient, au rythme qui vous convient, avec les déclics et évolutions qui sont les vôtres. Ne vous mettez et ne subissez aucune pression.

Faites du mieux que vous le pouvez !

Voilà, vous savez tout de mon point de vue sur ce qu'est une alimentation saine.

Comme je l'ai dit précédemment, ceci n'est que ma vision des choses, celle que je me suis faite au cours de mes lectures, apprentissages, discussions et diverses expériences de vie.


N'oublions pas que notre alimentation est au coeur de notre bien-être.

Biographies et sources

Lectures :

« Faut il manger les animaux » Jonathan Safran FOER

« Comment j’ai arrêté de manger les animaux » Hugo CLEMENT

« Maman, je ne veux plus manger de viande »

«  Le bonheur du végétarisme » Danièle STARENKYJ

Documentaires :

« Cowspiracy » sur Netflix

« What the health » sur Netflix

« La santé dans l’assiette »


Vidéos :

La chaine de l’association « L214 éthique et animaux » qui dénonce dans des vidéos chocs les pratiques barbares d’abattage et d’élevage.

https://www.youtube.com/user/AssociationL214

Cuisiner végétarien :

« Veggie, je sais cuisiner végétarien »

« Simplissime »


  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
  • White YouTube Icon

© 2018 by Instants de vie.

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black YouTube Icon