• Carine

POURQUOI J'AI ARRÉTÉ MON ACTIVITÉ DE CONSEILLÈRE CHEZ YOUNG LIVING !



Le sujet est sensible mais j’ai tout de même décidé de vous exposer avec le plus d’honnêteté possible pourquoi j’ai personnellement un malaise avec le marketing de réseau lorsqu’il s’agit de vendre des huiles essentielles et pourquoi ce schéma de vente ne m’a, au final, absolument pas convaincu.

Je précise que je ne remet pas en cause le travail des conseillères mais plus la propagande et la manière dont certaines entreprises de MLM vendent leurs produits et gagnent de l’argent sur la crédulité de leurs clients.

Le but de cet article n’est ni de soulever le débat ou la polémique mais d’exposer mon expérience avec ses bons et ses mauvais côtés.

Le marketing de réseau….

Tout d’abord faisons le point sur le modèle d’affaire : le marketing de réseau.

On l’appelle aussi MLM (vente multi niveaux), marketing relationnel ou encore vente direct.


Concrètement, c'est quoi ?


C’est une structure au sein de laquelle des revendeurs (aussi appelés conseillers, recruteurs ou distributeurs) peuvent parrainer de nouveaux vendeurs et ainsi être en partie rémunérés par :

  • une commission évaluée en pourcentage sur les ventes des recrues.

  • le nombres de recrues effectuées.

  • un pourcentage calculé sur leurs propres ventes.

Ma première erreur dans mon activité avec Young Living a été de croire que le conseil que j’apportais et que mon partage d’expérience avec les huiles essentielles suffiraient à me faire vendre suffisamment de produits pour pouvoir évoluer rapidement dans les échelons de rémunération.

Or, dans ce type de structure, recruter est indispensable pour pouvoir grimper dans la pyramide.

J’emploie ce terme de pyramide volontairement car vous entendrez souvent ces MLM se défendre d’être un système pyramidale .

Or si, à n’importe quel moment dans le plan de rémunération, il faut recruter de nouveaux membres qui devront faire la même chose que vous et que pour ce faire il faut verser de l’argent, alors on a affaire à une structure pyramidale.

Je vous invite à lire l’annexe en fin d’article pour mieux comprendre ce fonctionnement.*

Si je m’étais, dès le départ, mieux renseignée sur le modèle d’affaire dans lequel je m’engageais, je ne m’y serais certainement pas investie de cette manière.

Le modèle de vente par réseau n’est pas problématique en soi. On peut le critiquer, mais c’est un modèle d’affaires comme un autre.

A partir du moment où on en maitrise les principes et les codes.

Ce qui n’était absolument pas mon cas.

Je me suis plongée avec naïveté dans un système que l’on m’avait présenté comme assez simple :

  • parler autour de moi des huiles essentielles Young Living pour convaincre le plus grand nombre d’en acheter.

  • recruter une équipe pour vendre les produits Young Living.

J’y voyais l’opportunité de développer deux activités qui me passionnent : l’utilisation des alternatives naturelles dans le quotidien et la pédagogie.

Mes objectifs n’étaient pas irréalistes. Je cherchais une activité épanouissante qui me permettrait de me reconvertir et la possibilité de gagner autour de 1000€ par mois.


Une règle fondamentale sur laquelle je ne me suis pas penchée avec suffisamment de sérieux lorsque je me suis lancée dans ce projet, c’est d’avoir une très bonne connaissance de l’industrie dans laquelle je me plongeais et de bien maîtriser le modèle d’affaires ou le plan marketing que je voulais réaliser.

Si j’avais creusé un peu plus, je me serais rendue compte bien plus tôt que les entreprises de MLM sont extrêmement frileuses à donner leurs statistiques. Et lorsqu’elles le font, elles choisissent avec minutie les chiffres qu’elles dévoilent pour produire le plus beau tableau possible : le chiffre d’affaire, le nombre de membres, l’argent versé tous les mois,…

Toutefois, si vous souhaitez connaitre quel est le pourcentage des membres qui gagnent plus de 50 000€ par an ou le pourcentage des membres qui ont dépensé plus que ce qu’ils ont gagné.

Ah là par contre, c’est le silence total.

Chez Young Living, dans le plan de commission, on vous indique que moins de 0,1% des membres atteignent un des 4 derniers paliers. Cela parait déjà fou, mais on ne vous laisse pour autant pas imaginer que seules 46 personnes ont atteints le rang de Royal Crown Diamond , le plus élevé, depuis la création de l’entreprise.***

Normal, il n’est pas de bon de communiquer tout de suite sur la réelle difficulté à percevoir une rémunération, la persévérance dont il faut faire preuve et le fait qu’en tant que conseillère, vous êtes les meilleures clientes de l’entreprise.

Je parle de mon expérience bien entendu. Si vous êtes une influenceuse avec 100 000 abonnés, il est certain que votre progression se fera beaucoup plus vite.

Toutefois, il faudra tout de même anticiper le moment où vous aurez épuisé votre réseau.

J’ai mis longtemps à réaliser à quel point je m’étais trompée et encore plus à me voiler la face.

En 2011, un rapport a été produit aux États-Unis par la Federal Trade Commission**, compilant les données de 400 MLM. Il a été démontré que dans l’ensemble de l’industrie, 99,25% des participants dépensent plus qu’ils ne gagnent. Jon Taylor, le responsable du rapport de la FTC, a conclu que d’un point de vue statistique, vous avez presque autant de chance de gagner de l’argent en jouant au casino qu’en joignant un MLM.

Mais je le répète ici, c’est possible si vous faites partie des 0,3% d’élite… et là cela peut-être le jackpot.


Là où le modèle me déplait profondément, c’est le flou dans lequel on vous laisse sur le fonctionnement réel de l’entreprise.

Si vous savez bien compter, vous avez réalisé que si une entreprise peut embaucher des milliers de vendeurs, mais ne payer seulement que 0,3% d’entre eux, il s’agit là d’un modèle d’affaires extraordinairement payant pour les actionnaires !!!


Et puis, je ne peux pas me taire sur la propagande et la communication étrangement assimilable à celle des sectes qu’emploie souvent Young Living.

Un gourou vénéré, Gary Young, l’apologie d’un mode de vie différent, l’utilisation des huiles essentielles dans chaque moment de la vie, le prosélytisme par le partage de la bonne parole porté par les conseillères convaincues par la cause.

Ces derniers points pris en considération s’ajoutant au fait d’avoir travaillé beaucoup, vraiment beaucoup pour très peu de réussite, durant plus de 2 ans, j’ai décidé à un moment qu’il était temps d’arrêter les frais et que je méritais mieux que cela.

C’est la qu’intervient le troisième point compliqué.

Comment revenir en arrière alors que tu prônes haut et fort depuis 3 ans les mérites des produits auprès de tes proches.

Car il faut le savoir, en MLM, on te demande naturellement de travailler avec ton réseau et ton réseau ce sont tes amis, ta famille, tes collègues de bureau, les mamans de l’école, tes partenaires de sports. Mais pas seulement

Voila des mois que tu inondes tes réseaux sociaux de tes expériences, de ton expertise avec les huiles essentielles et les opportunités de la marque.

Dur, dur de revenir en arrière.

Si tu arrêtes, tu reconnais que le modèle n’a pas fonctionné et répondu à tes attentes. Mais du coup, tu te mets en porte à faux par rapport aux proches que tu as recruté ou auxquels tu as vendu des produits via un certain discours que tu as certainement embelli dans un joli packaging pour convaincre.

Pas facile d’admettre que tu as peut être été arnaqué par naïveté et méconnaissance du système et encore moins évident de te dire que tu en as fait de même avec tes amis.

Pour ma part, je n’ai recruté personne.

Cela a toujours été mon point faible.

La raison ? je n’avais pas les arguments nécessaires et convaincants pour faire croire à une opportunité business qui ne fonctionnait pas comme je le voulais pour moi et en laquelle je croyais de moins en moins.

J’ai essayé de m’appuyer, sans grande conviction, sur les « phrases typiques et préfabriquées » utilisées par ce type d’entreprise pour trouver des arguments de recrutement : tu travailles de chez toi, tu choisis tes horaires, tu as du temps pour tes proches, tu travailles au sein d’une équipe qui te soutient, tu reçois l’appui de ta team pour te former aux produits.

Certes…certains de ces points sont tout à fait pertinents, d’autres beaucoup moins.

Mais tout cela fonctionnerait si il y avait une REMUNERATION à la hauteur du travail fourni….ou une rémunération tout court.

Je pense également, avec du recul, que si la marque trouve un avantage à former ses conseillères sur les produits qu’elle propose (et ce n’est pourtant pas le point fort chez Young Living) elle n’a, en réalité, aucun intérêt à vous donner les ficelles pour vous permettre de développer facilement votre activité : il est bien plus profitable d’avoir une armée de vendeurs inefficaces qu’elle ne pait pas mais qui contribuent par leurs abonnements mensuels à enrichir l’entreprise.

Après il faut finalement bien comprendre qu’elle n’a pas pour but VOTRE succès, mais SON succès.

Une autre chose me pose problème avec la communication de Young Living c’est la manière même dont ils envisagent les huiles essentielles.

On en arrive au deuxième point que je souhaite évoquer ici.

Mon embarras avec le marketing de réseau lorsqu’il s’agit de vendre des huiles essentielles.

J’utilise des huiles essentielles au quotidien…mais pour autant je reste extrêmement prudente.

J’ai toutefois du mal avec le discours et cette image présentée par Young Living qui prône l’omniprésence des huiles essentielles dans chaque instant de notre vie : en cuisine, à la plage, sous la couette, dans ma salle de bain, dans ma buanderie.

Autant je suis persuadée et convaincue de leur utilité et de leurs bienfaits dans les maux du quotidien, en cosmétique ou encore dans la gestion de certaines émotions autant je pense que ce sont des produits qu’il peut être dangereux de surconsommer.

Et je vous assure qu’une lessive aux huiles essentielles n’a aucun intérêt.

Le soucis, c’est qu’en tant que conseillère nous sommes rémunérées à la commissions sur les ventes et sur le recrutement. Il est donc difficile de tenir un discours objectif. C’est là, c’est un fait, il faut en être conscient.

Les huiles essentielles, ce ne sont pas des boîtes en plastiques ou de la lingerie et les conseiller n’est pas la même chose que partager le dernier bouquin que vous avez lu.

Il s’agit de molécules actives très concentrées aux propriétés diverses. Autant elles peuvent soulager autant elles peuvent également avoir une action néfaste et dangereuse si elles sont mal utilisées.

Bien que certaines conseillères aient des formations, ce n’est pas le cas de toutes et c’est au bon vouloir de chacune.

Young Living ne fournit aucune formation en aromathérapie.

Quand vous êtes recruté par votre marraine, cette dernière vous conseillera au mieux de suivre une formation en aromathérapie (payante et à vos frais) ou partagera avec vous ses connaissances obtenues, ou pas, auprès de ces écoles de formation.

Il faut savoir, qu’en France, le statut d’aromathérapeute est réservé aux médecins et qu’il n’existe aucune formation certifiante reconnue par l’état.

Si vous voulez vous former, vous le faites par vous même.

Les différents diplômes obtenus auprès de ces écoles n’ont donc aucune valeur et ne représentent en rien une capacité de conseil reconnue.

Si votre conseillère est passionnée, impliquée, curieuse, à la recherche de compétences réelles, elle suivra assidûment et avec intérêt sa formation.

Si elle ne l’est pas, elle aura vaguement visionné les vidéos de cours et validé ses connaissances par le QCM final avec le classeur sur les genoux, quitte à recommencer autant de fois que nécéssaire pour obtenir le diplôme de praticien ou maître praticien.


Cette réflexion s’applique également aux autres types de vente (magasins bio, grandes surfaces,…) avec une exception pour la pharmacie qui donne un cadre (réel ou non mais qui à le mérite d’exister).

A QUAND UNE VRAIE FORMATION RECONNUE ET CERTIFIANTE AVEC UNE RÉELE VÉRIFICATION DES CONNAISSANCES ?

Bien que ce ne soit pas toujours le cas, cela ouvre quand même la porte à des gens qui ne sont pas qualifiés pour vendre des huiles essentielles, et qui sont susceptibles de faire des recommandations potentiellement dangereuses à des clients qui se sentent en confiance.


Attention, certaines conseillères se forment en aromathérapie, font des recherches, offrent des conseils pertinent et de qualité et adoptent une éthique de travail irréprochable.

Loin de moi l’idée de critiquer et de mettre tous le monde dans le même panier.

SAUF QUE

Puisqu’aucune formation n’est nécessaire pour devenir conseillère ou conseiller, il est difficile de vous assurer de la qualité des conseils qui vous sont prodigués.

Vous vous retrouvez face à des personnes aux connaissances et aux compétences diverses, aptes ou non à vous prodiguer des conseils adaptés.

Je le répète , en aucun cas, je ne cherche à remettre en cause l’utilité et les bienfaits de l’aromathérapie. Les huiles essentielles sont une excellente alternative pour résoudre naturellement de nombreuses pathologies. J’y crois fort, je les utilise moi-même beaucoup.

Je ne souhaite pas non plus dénigrer quiconque ni minimiser le travail professionnel et assidu de certaines conseillères.

Il est également légitime de vouloir gagner sa vie et si le marketing de réseau est le modèle qui vous convient, c’est très bien.

Non, mon objectif est de vous inviter à remettre en question ce qu’on vous dis. A ne pas faire confiance aveuglément.

Faites des recherches! Renseignez-vous ! Faites preuve de prudence !

Faites vos choix en connaissance de causes.

Rappelez vous que les huiles essentielles peuvent être formidable mais aussi dangereuses si mal utilisées.

Sachez que pour vous épanouir il faut croire en ce que vous faites, pleinement, en écoutant votre petite voix intérieure qui vous dit si vous êtes sur le bon chemin ou si vous vous mentez à vous-même.

* Là, on va parler de chiffres et de mathématiques. Aïe Car il faut se dire les vraies choses : si je recrute deux personnes, et que ces deux personnes recrutent deux autres personnes chacune, et que tous ces gens recrutent également, et qu’on représente cette structure sous une forme graphique, ça dessine TOUJOURS une pyramide.

Or, une structure pyramidale est sujette à des lois mathématiques que JAMAIS aucun présentateur de MLM ne voudra vous révéler; vous comprendrez très vite pourquoi.

Faites l’exercice suivant : sur une feuille, dessinez n’importe quel type de structure pyramidale que vous pouvez imaginez, 2×2, 4×4, 2×8, 3×7, aucune importance.

Ensuite, calculez combien il y a de gens au total dans la pyramide.

Puis, calculez combien il y a de gens dans la ligne du bas, c’est-à-dire tous ceux qui n’ont aucune recrue sous eux.

Vous découvrirez avec stupéfaction que cette ligne du bas est toujours ÉGALE ou SUPÉRIEURE en nombre à tout le reste de la pyramide.

Donc, la majorité des participants est CONDAMNÉE à perdre, ou du moins à dépenser plus qu’elle ne gagne. Impossible de faire autrement, c’est une loi mathématique inviolable!

** La Federal Trade Commission est une agence indépendante du gouvernement des États-Unis, créée en 1914 par le Federal Trade Commission Act. Sa mission principale est l'application du droit de la consommation et le contrôle des pratiques commerciales anticoncurrentielles telles que les monopoles déloyaux.

*** Documentaire Netflix : "L'industrie du bien-être : potions et poisons" (épisode 1 Essentials oils)

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
  • White YouTube Icon

© 2018 by Instants de vie.

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black YouTube Icon